À I’époque baroque

de la forteresse à la résidence baroque

Lorsque le comte Heinrich Trajektin meurt sans descendance masculine en 1693 à la bataille de Neerwinden (Belgique), son cousin le comte Wilhelm Moritz zu Solms-Greifenstein (* 1651) reprend le domaine et déménage sa résidence à Braunfels. Il était marié à Magdalena Sophia, fille du Landgrave v. Hessen-Homburg. Le couple a eu 15 enfants, dont la plupart sont cependant morts dans leur enfance. Sous sa régence, Braunfels a expérimentés une floraison et le château a subi les plus importantes extensions et modifications de son histoire; Dans le dessin ci-contre, elles sont marquées en jaune, seul le Neutor (à l’extrême gauche) a été construit plus tard.
Dans un premier temps, Wilhelm Moritz achève la reconstruction du château, qui a été gravement endommagé par un incendie en 1679. En 1696, mettre il a aménagé la cour intérieure en forme d’échiquier (1) et en 1700, il a agrandi le ”Ottonische Bau” (2). En 1704, il a fait aménager le zoo de Braunfels. Le bâtiment du Cabinet (3), autrefois une boulangerie et une brasserie ainsi que le siège temporaire de la Rentkammer (aujourd’hui le Schloss-Café) est agrandi et achevé en 1712. Elle est suivie de deux grandes ailes qui sont encore caractéristiques du bâtiment aujourd’hui : à l’ouest de la grande cour intérieure se trouve le Lange Bau (4) et au nord, avec les arcades, l’Entréebau (5), à laquelle est accolée l’actuelle Prinz-Albrechtsbau (6).

En tant qu’achèvement, en 1717, le Weedenbau (7) a été érigé pour compléter le complexe de l’anneau, qui a conservé son architecture baroque jusqu’à ce jour. Wilhelm Moritz a également agrandi l’Entréebau avec les arcades (5) à l’ouest pour créer un espace de vie supplémentaire pour la famille qui s’agrandit. Heureusement, le projet d’agrandir le complexe du palais pour en faire une magnifique résidence baroque avec un énorme dôme de verre n’est plus réalisé – le dôme aurait certainement causé du chagrin plus tard.
Mais Wilhelm Moritz n’est pas seulement merveilleux. En tant que régent, il fait beaucoup pour son pays, promeut l’économie, fonde des usines sidérurgiques et des usines. Il a également installé dans le comté des fabricants, des commerçants et des artisans étrangers, notamment huguenots. Il est à l’origine de la formation de guildes de tailleurs, de boulangers, de tonneliers, de brasseurs et de bergers. Enfin et surtout, Braunfels lui doit sa belle place de marché, uniformément aménagée, qui a été préservée jusqu’à ce jour.

Le 9 février 1724, Wilhelm Moritz meurt à l’âge de 73 ans.